Revolver MAS mle 1892, réalisation armurière et évolution du contexte.

Les revolvers existent depuis bien longtemps, environ 1830. Je ne débattrais pas ici de questions historiques car ce n’est pas mon domaine. Les batailles de clocher son légion entre amateurs et/ou spécialistes sur des détails qui n’ont à mes yeux que peu d’importance. Cependant, à travers deux d’articles (le second est : Comparatif : le calibre 8 mm 1892 / 7,65 Browning), j’aimerai vous proposer une réflexion sur la conception et la réalisation armurière et ce par le biais du revolver MAS mle 1892.

Vous allez peut être me demander en quoi le revolver MAS Mle 1892 est t’il si particulier pour qu’il débouche sur une réflexion du monde de l’armement de manière générale, de la conception et de l’armurerie en particulier. Après avoir détaillé les atouts du revolver mle 1892,  je tâcherais de le mettre en relation avec le contexte qui lui a donné cette réputation d’arme dépassée : la première guerre mondiale. Le revolver mle 1892 est il vraiment si antique que cela ?

Le revolver MAS mle 1892

Revolver MAS mle 1892, vue coté gauche

Si vous aimez les articles Gunsmith designer,

parlez en autour de vous,

partagez cet article.

Avant toutes choses, j’aimerais rendre hommage à Mr Henri Vuillemin, rédacteur (et donc à l’un de mes pairs) du livre : Le 1892, paru aux éditions FG éditions/Crépin-Leblond, sur lequel je me suis en parti appuyé pour rédiger le présent article.

Revolver 1892

Livre : Le 1892 de Henri Vuillemin

Les atouts du revolver mle 1892

Si l’on compare cette arme avec ses concurrents de l’époque, le revolver mle 1892 était à la pointe dans de nombreux domaines. Que peut on mettre à son actif :

Le poids de l’arme vide est de 840 grammes. Cela fait du revolver mle 1892 une arme fine, agréable à porter. Cette une arme très élégante, légère, elle contraste avec le gros revolver reichrevolver ou le Smith et Wesson en 44 russian. Elle est moins éprouvante à manier.

Le chien rebondissant évite l’enclouage du percuteur dans l’amorce. Cela peut faire sourire car de nos jours c’est une évidence d’avoir un chien qui revient en arrière lorsque le tireur relâche la queue de détente d’un revolver, mais à l’époque c’est novateur. En l’absence de ce principe, le percuteur une fois planté dans l’amorce empêche le barillet de tourner, la queue de détente est inopérante. Cela peut endommager le percuteur et en tout cas fait perdre un temps précieux au soldat qui va dans un premier temps être surpris puis dans un second temps va chercher à résoudre le problème. Il faut avouer que sur un champ de bataille on a autre chose à faire que de résoudre un incident de ce type.

La double action est très répandue aujourd’hui jusqu’à avoir des armes uniquement en double action. Pouvoir tirer sans devoir armer le chien peu donner dans certaines circonstances un ascendant sur un adversaire dont les armes ne fonctionneraient que en simple action. En plus du temps utile à l’armé du chien , il faut déchausser l’arme, quitter sa positon de tir pour armer le chien. La double action est récente à cette époque, les concurrents du revolver mle 1892 n’en sont pas tous équipés.

De démontage aisé, le mécanisme de percussion du revolver mle 1892 peut être entièrement démonté, nettoyé et huilé par le servant. Ce dernier est le premier diagnostiqueur des pannes et faiblesses présentes ou à venir. Au moindre défaut constaté, le soldat doit rendre compte à l’échelon de maintenance supérieur et faire passer une visite technique à son arme par un personnel qualifié. Pour cette raison, il est impératif que chaque militaire nettoie son arme et à cette occasion inspecte chaque pièce et signale les faits qui lui paraissent anormaux. En ce sens, le revolver mle 1892 est bien conçu, il suffit de désserrer la vis se trouvant en haut de la poignée (côté droit) pour pouvoir ouvrir la plaque pontet et ainsi avoir accès à l’intégralité du mécanisme de percussion.

revolver 1892

Revolver mle 1892 , plaque pontet en position ouverte.

Quatre pièces sont à démonter : Le ressort de chien, la barrette, le chien, la détente. Le mécanisme de percussion est là, dans ces quatre pièces. Il n’y a pas de difficulté à désolidariser ces dernières de la carcasse de l’arme. Les pièces sont massives (donc peu fragile) et très bien finies.

L’économie n’a pas été recherchée sur cette arme. Toute les pièces ont des formes complexes et pourtant elles sont toutes exécutées parfaitement. Il faut bien imaginer le monde industriel de l’époque. La fraiseuse, le tour à métaux, la mortaiseuse à commande numérique… n’existent évidemment pas. Tout les usinages se font sur des machines traditionnelles (à la main) avec probablement de nombreuses fraises de forme ou montages spécifiques dédiés à la fabrication de cette arme précisément. A cela, il faut ajouter une série de contrôleurs pour vérifier si les pièces entrent dans la tolérance.

Lancer une fabrication de plusieurs dizaines ou centaines de milliers de pièces à une implication très lourde. Dans ces conditions, il n’est pas aisé de faire marche arrière et de se lancer sur un nouveau programme comme si de rien n’était.

106 ans après la sortie de l’usine, l’arme prise en photos ici est fonctionnelle et en très bon état. La finition devait être une part importante de la fabrication. L’ajustage des pièces est parfait,  aucune pièce ne porte de trace d’usinage, aucunes bavures ne sont présentes, les arrêtes des pièces sont vives il n’y a pas eu d’ébavurage rapide mais du travail soigné. Le bronzage est toujours présent, un peu passé par endroit. Une patine qui a son charme.

Le choix du calibre était audacieux à l’époque mais non intéressant car chargé à la poudre noire. On dit son pouvoir d’arrêt trop faible comparé au 455 anglais, 11 mm allemand, 44 russian. La guerre n’est pas un terrain statique ou un ennemi attendrait calmement de mourir par un projectile lui étant destiné, tout aussi calmement, tiré par un second soldat non animé lui aussi de la peur de mourir. Évidemment non !!! d’où la nécessité d’avoir un projectile doté d’un pouvoir d’arrêt suffisant pour donner un choc immédiat stoppant net le pouvoir de nuisance d’un ennemi galvanisé par son adrénaline. L’emploi d’un projectile lourd, de fort diamètre, mu par une vitesse importante et qui laisserait l’intégralité de son énergie à l’impact est plus efficace qu’un projectile léger à faible vitesse. Le calibre 8 mm choisi pour le revolver étudié ici avait une vitesse de projectile de 215 m/seconde. même pas la vitesse d’une 22 long rifle pour un poids de balle plus important : 7,8 grammes contre 2,59 grammes pour le 22 Lr. Je pense que le choix de ce calibre provient d’une volonté d’économie des matières premières et ainsi produire d’avantage de munitions pour une même quantité de matière première. A poids égal, le militaire emportera d’avantage de munitions. A l’époque, c’est à la mode que de vouloir diminué le calibre des armes. C’était un choix novateur mais qui aurait mérité une vitesse d’ogive supérieure.

La diminution du projectile  (comprendre diminution du diamètre et du poids du projectile) sera bien des années plus tard plébiscité par les firmes HK et FN Herstal, qui obtiennent des perforations importantes avec des calibres de diamètre 5,7 mm pour FN Herstal (Poids de l’ogive : 2 grammes pour une vitesse entre 650 et 750 m/s ou 4,6 mm pour HK (Poids de l’ogive : 1,7 à 2 grammes, pour une vitesse proche des 700 m/s)… avec une énergie supérieure à celle d’une 9mm …Mais c’est un autre sujet.

Comme une cerise sur le gâteau de la finesse, une gravure magnifiquement réalisée sur le côté droit de la carcasse indique de quelle manufacture est sortie l’arme : la manufacture d’arme de St Étienne. Elle rappelle la gravure visible sur le dos de la lame des sabres réglementaire Français mle 1822.

Le revolver mle 1892 et la première guerre mondiale

Pourquoi lit on partout que le revolver mle 1892 a été dépassé rapidement ? Est ce vrai ?

Il est étonnant de voir que cette arme est devenue obsolète rapidement alors que nous avons vu ci-dessus ces atouts novateurs. L’apparition sur le marché de pistolets automatiques fiables fournis dans des calibres proche du 8 mm mais inférieurs aux calibres réglementaires dans beaucoup de pays de la fin du 19° siècle (soit du 11 mm), a considérablement fait évoluer le marché de l’arme de poing. On peut citer dans ces armes de poing de calibre intermédiaire : le C96 en calibre 7,63 Mauser, le Colt 1900 en 38 acp, le Colt 1903 en 32 acp, le P08 en calibre 9 parabellum… Il est très intéressant de remarquer qu’un pistolet automatique va allier l’avenir et le passé. En 1911 était adopté le Colt 1911, lui, a conservé une munition de fort diamètre : 45 acp (11,43 mm). Il traversera le 20° siècle pour nous arriver quasiment inchangé, Cette arme ou ses dérivés sont de nos jours encore très vendus.

La fin du 19° siècle, le début du 20° siècle sont des périodes ou les changements sont terriblement rapides. De profondes mutations de la société et de l’industrie ont lieu à ces moments. La défaite de 1870 a laissé par son manque de préparation, la volonté de ne pas être trop à la traine des autres nations européennes.

Si le revolver mle 1892 est déclassé par la munition qu’il emploi, il conserve l’avance de la double action, aucun pistolet automatique de cette époque ne fonctionne en double action. Pour obtenir la rapidité de tir d’un revolver avec un pistolet, Il fallait donc conserver le marteau à l’armé et une munition en chambre. Il faut aussi comprendre qu’aucun pistolet automatique de l’époque n’est doté de sécurité de percuteur. Si l’on ajoute à cela le fait que les aciers utilisés pour les pistolets Ruby sont de basse qualité, les accidents devaient être nombreux.

Si le temps de chargement d’un révolver est bien plus long que celui d’un pistolet automatique, le revolver lui est plus fiable dans des conditions extrêmes. Un revolver ne s’enraye pas, il n’est pas ou moins dépendant de saletés provenant de l’extérieur. De plus, il faut se souvenir que le mécanisme du revolver mle 1892 est entièrement démontable par le servant. Ce qui n’est pas le cas de bon nombre d’autres armes. Allez démonter les pièces constituant le mécanisme de détente et de percussion d’un Ruby ! La rapidité de chargement n’a d’intérêt que si le servant a un nombre de chargeurs conséquent or tous les chargeurs de pistolet Ruby ne sont pas compatibles, ce qui a du amener certains problèmes. Selon Henri Vuillemin, dans son livre : Le 1892,  il semble qu’une quantité indéterminée de revolver mle 1892 ont été fournis à la Wehrmacht durant les terribles hivers russes des années 1942, 43, 44, les conditions climatiques rendant les pistolets inopérant ou incertains au tir. Alors que l’on estime les revolvers mle 1892 sont dépassés en 1914, on les emploi trente ans plus tard dans des conditions difficiles.

Face à la guerre de tranchée qui sera dés décembre 1914 la nouvelle norme, l’état major des armées complète l’emploi du revolver mle 1892 par des pistolets automatiques  de diverses provenances mais essentiellement d’Espagne. La qualité de fabrication est bien inférieur à celle du revolver mle 1892. Mais valide le fait que le revolver n’est plus à la page (du moins à cette époque et dans ce cadre). Il faut un mode de rechargement rapide et une arme moins longue que le fusil pour prendre et “nettoyer” une tranchée.

Si vous aimez les articles Gunsmith designer,

parlez en autour de vous,

partagez cet article.

Conclusion

Le principal problème du revolver mle 1892 est, selon moi, son principe de chargement. Il ne correspond plus au contexte de l’époque. Ce n’est pas pour autant une arme à laisser au râtelier car si vous le mettez dans un contexte adapté, il reprendra toute sa valeur même aujourd’hui.

Alors se pose la question : pourquoi la France n’a elle pas fait le choix d’un pistolet automatique. Trop tôt en 1892, pas la priorité en 1914. Cette dernière allait aux armes pouvant repousser les assauts et briser les lignes : les mitrailleuses et l’artillerie.

Comment savoir que le conflit allait prendre des formes nouvelles, inconnues, pour devenir une guerre de tranchée. Comment prédire l’avenir ? Comment entretenir un tissu industriel sous employé en temps de paix pour, le cas échéant, mettre cette industrie à disposition des ingénieurs de l’armement et ainsi être plus réactif en cas de crise ? Ces questions sont complexes. Un minimum serait une veille technologique permanente, des tests récurrents sur les nouveaux matériels, un suivi de ces derniers et considérer leur évolution avec intérêt pour se réorganiser rapidement au cas où et ainsi maintenir la souveraineté du peuple de France et la continuité de l’état. Un état légitime qui dote ses soldats de matériels fiables et adaptés afin que ceux-ci le protège.

La volonté de revanche après la défaite de 1870, l’obsolescence du parc d’armes, le manque de préparation, l’évolution rapide des techniques, la résistance aux changements,  les sommes colossales nécessaires à l’entretien ou la remise à hauteur des matériels, la formation des personnels, la reconstruction du pays… sont des facteurs qui ont entraîné un début de guerre en pantalon rouge, un achat massif d’armes à l’étranger  pour finir dans un amas considérable de blessures entre peuples frères et voisins. La France, pays d’avant garde en 1914 perd son rang au profit de nations jeunes moins impactées. A qui profite le crime ?

La moralité de l’histoire : Il ne faut pas jouer les va t’en guerre, entrainant le malheur de son peuple, si l’on n’est pas préparé… d’autant plus lorsque l’on joue à domicile.

Ce contenu a été publié dans Armes de poing, Armes réglementaires françaises, Tous les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Revolver MAS mle 1892, réalisation armurière et évolution du contexte.

  1. Pantalacci dit :

    Article très bien documenté. Où acheter une reproduction du revolver m!e 1892 comme
    objet de décoration si celle-ci existe? Merci

    • admin4323 dit :

      Bonjour,
      Si vous souhaitez acquérir un 1892 pour la décoration, il vous est possible d’en acheter un neutralisé. Parfois, on en trouve à la vente sur le site NATURABUY ou chez divers armuriers. Seconde solution : en faire neutralisé un. Rapprochez vous d’un armurier qui en a en stock et demandez lui si il peut vous l’envoyer au banc d’épreuve de St Etiènne pour neutralisation.

      Je vous remercie pour votre compliment, n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter et à faire de la pub pour le site gunsmithdesigner.com. C’est une façon de nous encourager à rédiger des articles de qualité regroupant des points de vue que l’on ne voit pas ailleurs.

      Je vous invite à lire le second article comparant le calibre 8mm 1892 et le 7,65 mm Browning. Disponible ici :
      https://gunsmithdesigner.com/index.php/2016/08/07/comparatif_calibre_ammo_8-mm_1892_765browning_32acp/

      Cordialement.

Répondre à Pantalacci Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.