Le pistolet Springfield XD-9 sub-compact

Nous déroulons une nouvelle pelote en découvrant ce qui se cache sous le Springfield Armory XD-9 sub compact. Cela est d’autant plus intéressant que d’autres articles Gunsmithdesigner ont été rédigés sur des armes de même type mais de constructeur différent. Les comparaisons s’affinent au fil des articles consacrés aux matériels similaires.

Caractéristiques de l’arme :

  • Longueur de l’arme : 190 mm ;
  • Hauteur de l’arme :  118 mm ;
  • Épaisseur de l’arme : 31,5 mm ;
  • Le poids de l’arme (sans chargeur) : 669 grammes ;
  • Le calibre : 9 x 19 ;
  • Rayure du canon : 6 ;
  • Pas des rayures : 1 tour sur 254 mm ;
  • Longueur du canon (entrée de chambre à la bouche) :  76,2 mm ;
  • Capacité du chargeur :  16 cartouches ;
  • Date de distribution : 2002 à aujourd’hui.
Springfield armory XD-9_6

La carcasse assemblée

Le poids de la carcasse assemblée (avec axe d’assemblage) : 214 grammes.

Les éléments de la carcasse

La poignée pistolet est en plastique, elle entre dans un bloc capable de : 155,5 mm x 93,5 mm x 31,5 mm . Le poids  de la pièce nue : 94 grammes.

C’est une pièce bien finie qui semble surdimensionnée au niveau de l’épaisseur.

La section du logement du chargeur mesure : 21,2 mm x 32,6 mm.

Les rails arrières de guidage de la culasse sont inclus dans la poignée pistolet, ils sont usinés après moulage. Les dimensions des rails de guidage ont les dimensions suivantes : largeur : 22,88 mm , hauteur 2,8 mm. Il n’est pas courant de voir sur des armes de ce type des rails de guidage en plastique et directement obtenus depuis le moulage de la carcasse.
C’est un point important de cette arme. Comment se comporte t”ils dans les temps, après le tir de milliers de cartouches ?

Un rail de montage d’accessoire se trouve à l’avant du pontet. Il est très court, il mesure : 22 mm de longueur

Le berceau du canon est en acier usiné, il entre dans un bloc capable de : 40,8 mm x 22,8 mm x 28 mm.

Cette pièce regroupe les rails de guidage de la culasse à l’avant et les pans inclinés servant au verrouillage-déverrouillage du canon.  Les rails ont une longueur de 22 mm. La hauteur des branches du T est de : 2,8 mm. La largeur est : 22,8 mm.

Deux axes de diamètre 4,5 mm et de 28 mm de longueur maintiennent la pièce sur la carcasse.

Le mécanisme de détente rassemble les pièces suivantes :

  • La queue de détente ;
  • L’axe de queue de détente ;
  • Le ressort de queue de détente ;
  • La barrette-séparatrice ;
  • La gâchette ;
  • La plaquette de la gâchette ;
  • Le  ressort de gâchette ;
  • L’axe de gâchette.

La queue de détente est en acier de micro-fusion avec une sécurité en son centre qui est en acier également. Lorsque le tireur presse la queue de détente, il efface la sécurité. 

Le ressort de queue de détente est maintenu sur la queue de détente par l’axe de barrette séparatrice.

La barrette/séparatrice est en acier, elle est taillée dans une tôle de : 1,5 mm. Une légère protubérance donne la fonction de séparation.

La gâchette est une pièce massive en acier. Le profile de cette pièce est obtenue dans une épaisseur de : 10,6 mm.

Le ressort de gâchette ramène la gâchette en position haute après avoir été relâchée par la barrette séparatrice. 

La plaquette d’indexation de la gâchette est une plaquette en acier qui est l’intermédiaire entre la barrette séparatrice et la gâchette.

La pédale de sécurité est en acier. Cette pièce limite la course de la détente. Elle est montée au dos de la poignée pistolet. La pédale de sécurité agit directement sur la gâchette. Tant que le servant ne presse pas la poignée pistolet, la gâchette ne peut s’abaisser ni libérer le percuteur

La clé de démontage est une pièce de micro-fusion en acier. L’ensemble récupérateur prend appui fortement sur cette pièce à t’elle point qu’il en devient difficile de manœuvrer le levier au démontage. Le ressort d’arrêtoir de culasse agit sur la clé de démontage en l’empêchant de sortir de son logement.

L’éjecteur est une petite tôle en acier portée par la carcasse. Il est matricé dans une tôle de 1,5 mm.

L’arrêtoir de culasse est une pièce de micro-fusion en acier. Il est animé par un ressort portée par le berceau du canon.

Le ressort d’arrêtoir de culasse est un fil d’acier. Le ressort est monté sur le berceau du canon.

L’arrêtoir de chargeur se compose de quatre pièces en acier. Le poussoir d’arrêtoir de chargeur est un cylindre d’acier de 7 mm de diamètre par 28,9 mm de longueur.

Le verrou de chargeur est une petite plaquette en acier, c’est une pièce de micro-fusion. L’axe de verrou de chargeur a une longueur de 23 mm pour un diamètre de 2 mm.

La culasse assemblée

Le poids de la culasse assemblée (avec canon et ensemble récupérateur) est :  456 grammes.

Le poids de la culasse assemblée (sans le canon ni l’ensemble récupérateur) est : 334 grammes.

Les éléments de la culasse

Le corps de culasse est en acier. Il entre dans un bloc capable de :  150,6 mm x 36,4 mm x 27,8 mm.

Le logement du mécanisme de percussion soit la dimension qui sépare la cuvette de tir et le logement du bouchon arrière de culasse mesure : 67,6 mm.

L’ ensemble de percussion se compose des pièces suivantes :

  • Le corps du percuteur ;
  • La goupille du percuteur ;
  • Le ressort de rebondissement ;
  • L’indicateur d’armement du percuteur ;
  • Le ressort de percuteur ;
  • Le verrou de bouchon arrière de culasse.

Le corps de percuteur est en acier. Il est creux. Sont diamètre externe est : 7,8 mm. Le diamètre intérieur : 6,1 mm. Le trou interne à une profondeur de : 27,4 mm. La pointe de percuteur a un diamètre de : 1,6 mm. La longueur totale du percuteur est : 53,4 mm.

Le percuteur a un cran d’armé particulier, très large. Cela provient du fait que la sécurité de percuteur n’agit pas sur le corps de percuteur, elle est excentrée. Cette excroissance est provoquée par la nécessité d’atteindre la sécurité de percuteur.

La goupille de percuteur est une goupille fendue. Elle a un rôle particulier car c’est elle qui donne une fonction de rebondissement au corps du percuteur. Elle traverse le trou oblong du percuteur et vient stopper dans sa course le ressort de percuteur et l’indicateur de chargement.

Cet arrêt se produit avant que le corps du percuteur n’arrive sur sa butée avant c’est à dire la carcasse. Il en résulte un certain flottement d’avant en arrière du percuteur dans son logement. Afin que le percuteur ne risque pas de faire sailli dans la cuvette de tir, il est ajouté un ressort de rebondissement à l’avant du percuteur. L’arrêt du ressort de percussion dans sa course et le ressort de rebondissement donne la fonction de rebondissement au percuteur.

Le ressort de rebondissement est placé à l’avant du percuteur. Son diamètre extérieur est : 7,5 mm, longueur : 14,2 mm, diamètre de fil : 0,5 mm.

L’indicateur d’armement du percuteur est une tige d’acier, il sert de poussoir au ressort de percuteur, de guide au ressort de percuteur puis d’indicateur de chargement. En fin de course, son extrémité arrière ressort de la culasse ce qui indique que le percuteur est armé.

Le ressort de percuteur mesure 5,6 mm de diamètre , 63,5 mm de longueur, 0,7 mm de diamètre de fil.

Le verrou de bouchon arrière de culasse est une pièce creuse en plastique. Diamètre : 8 mm, la longueur : 23 mm. Il est un guide pour le ressort récupérateur. Une partie de cette pièce entre dans le trou du bouchon arrière de culasse ce qui limite les mouvements de ce dernier.

L’extracteur est en acier. Son corps fait office de ressort ce qui à pour effet qu’il se suffit à lui même, il n’y a pas de ressort ni de poussoir.

J’ai du réaliser un petit outil pour extraire l’extracteur de son logement. Il est dommage que le trou du percuteur ne soit pas débouchant car cela permettrait de pousser l’extracteur depuis le dessus de la culasse. Un trou de 1,5 mm, par exemple, aurait suffit.

Le bouchon arrière de culasse est une plaquette d’acier d’une épaisseur de 4,85 mm.

Le bouchon arrière de culasse est en acier. C’est lui qui maintien l’ensemble de percuteur en place.

La sécurité du percuteur

Cette pièce est en acier obtenue dans une épaisseur de 5 mm. Il n’y a pas d’originalité particulière sur le Springfield XD-9. C’est la plaquette d’indexation de la gâchette qui efface la sécurité de percuteur. C’est le tireur, qui en pressant la queue de détente,  libère le passage du percuteur.

La sécurité de percuteur est maintenue dans son logement par une goupille de petit diamètre mais de grande longueur. L’emplacement de cette goupille est inhabituelle.

L’indicateur de chargement

La fonction d’indication de chargement est produite par trois pièces : l’indicateur , le ressort, l’axe d’indicateur.

L’emplacement du logement de l’indicateur se trouve sur le dessus de la culasse.

L’indicateur a une épaisseur de 3 mm. Le ressort a un diamètre de 2,5 mm pour une longueur de 9 mm. L’axe d’indicateur a un diamètre de 2 mm.

La hausse

La hausse est en acier, elles est montée par queue d’aronde sur la culasse. Deux points blanc encadrent le cran de mire de la hausse.

Le guidon

Le guidon est en acier, il est monté par queue d’aronde sur la culasse.  Il a un point blanc sur la face arrière.

Le canon

Le canon entre dans un bloc capable de : 79,5 mm x 23,5 mm x 16,8 mm.

La distance entre l’entrée de chambre et la bouche du canon : 76,2 mm.

Le diamètre de la partie cylindrique : 14,8 mm, un léger renflement à la bouche de diamètre 15 mm sur une longueur de 5,5 mm.

A la bouche, les parois du canon ont une épaisseur de 3 mm.

La hauteur du verrou sur le canon : 1,97 mm.

Le démontage de l’arme

Avant toute manipulation d’une arme, enlever le chargeur et vérifier si celle-ci n’est pas chargée.

Le démontage de l’arme se fait par une pièce que l’on trouve sur le coté gauche de l’arme, au dessus de la queue de détente : la clé de démontage.

Pour se faire, il faut maintenir la culasse en arrière sur l’arrêtoir de culasse puis pivoter vers le haut la clé de démontage. Cette dernière n’est pas aisé à pivoter car l’ensemble récupérateur repose sur le corps de la clé de démontage et que le ressort récupérateur est comprimé.

Abaisser l’arrêtoir de culasse et accompagner la culasse en avant. Percuter et extraire l’ensemble culasse/canon/ensemble récupérateur vers l’avant.

L’ensemble récupérateur

L’ensemble récupérateur n’est pas démontable. La tige guide est télescopique. Deux ressorts agissent pour amortir la culasse. Un des ressort a un diamètre externe de : 13,7 mm pour un diamètre de fil de 1,5 mm. Le second ressort a un diamètre externe de 9 mm pour un diamètre de fil de 1,5 mm.

Le chargeur

Le chargeur est classique. Sa contenance est de 16 cartouches. Le cran de verrou de chargeur est réalisé sur la face avant du corps de chargeur.

La planchette élévatrice, le fond de chargeur, le verrou de fond de chargeur sont en plastique.

Le ressort et le corps sont en acier. La section du chargeur a les dimensions suivantes : 20,2 mm x 31,8 mm.

L’angle de la face arrière du corps de chargeur et des lèvres du chargeur est d’environ  104 degrés.

Le verrouillage des pièces maitresses

Une fois encore, le verrouillage est facilement observable sur cette arme car le berceau du canon inclus les rails de guidage et qu’il peut être utilisé sans la poignée pistolet.

Trois pièces interviennent lors du verrouillage du canon sur la culasse : le canon qui porte le verrou, la culasse qui possède l’emplacement du verrou, le berceau du canon qui commande le verrouillage/déverrouillage.

Au verrouillage, l’espace qui sépare l’avant du berceau et l’arrière de la culasse : 43,5 mm.

Fin de la course de garde à : 40,5 mm. La course de garde est : 3 mm.

Début du déverrouillage à la fin de la course de garde soit à : 40,6 mm. Fin de déverrouillage à 36,5 mm. Ouverture du canon à partir de 36,5 mm.

Les surfaces de verrouillage du canon sur le berceau du canon :

Conclusion

Cette arme est très bien réalisée. Certaines pièces sont obtenues par micro-fusion mais dans une faible proportion et il ne s’agit pas des pièces maitresses.

Le guidage de la culasse est en partie fait par le berceau métallique et en partie par les tenons de la carcasse en plastique. Une question se pose alors : à quand le guidage de culasse uniquement avec des tenons en plastiques directement inclus à la poignée pistolet. Ce serait une avancée intéressante mais quelle serait la durée de vie de cette arme ? Est ce que les rails de guidage supporteraient le tir de milliers de cartouches ? Tout dépend donc de l’emploi de l’arme c’est à dire de la relation entre le temps en service et la fréquence d’utilisation.

Je trouve que l’équilibre de cette arme n’est pas bon. La culasse est massive et déséquilibre l’arme. Selon la capacité du chargeur l’équilibre évoluera.

L’observation de mécanismes proches du  PA Glock nous montre ici que bien que l’esthétique est relativement proche du PA Glock, le mécanisme de détente propre au Glock n’est pas forcément copié. Le mécanisme du SD-9 est très ordinaire, on retrouve le même principe de détente sur le browning 1910 , MAB C,D … donc des principes anciens enveloppés sous une apparence de pistolet moderne.

Ce modèle (comme d’autre) ne résout pas le problème de la double action pour ce type de mécanisme de percussion. Un modèle, qui pourrait faire sourire à tord aujourd’hui, avait résolu cela : le Manufrance Le français. C’est une autre histoire.


Ce contenu a été publié dans Armes de poing, Tous les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.