Le pistolet Sterling 302 en 22 Lr

Dans ce nouvel article, nous découvrirons le pistolet Sterling en calibre 22 Lr. Je souhaitais vous faire découvrir ce petit pistolet car cela peut faire naitre une comparaison utile avec le pistolet Bernardelli Baby dont la description a été faite dans un précédent article. Ce sera l’occasion de voir un équivalent (pistolet de poche) mais dans un calibre différent avec des choix de conception autres.

Pistolet Sterling 302.

Si vous aimez les articles Gunsmith designer,

parlez en autour de vous,

Partagez cet article.

La firme Sterling n’a pas existé très longtemps, les choix de l’entreprise en sont probablement la cause. On peut le voir à travers les armes commercialisées et notamment une version compacte du pistolet High standart. On a du mal à croire que ça s’est vendu. Le pistolet 302 semble être la volonté de commercialiser un réel pistolet compacte et pas seulement une version raccourci d’un model déjà fabriqué. Vous trouverez plus d’informations sur la page suivante weaponsman.com.

Logo Sterling

Caractéristiques du Sterling 302

  • Longueur de l’arme : 140 mm ;
  • Hauteur de l’arme : 90,5 mm  (avec le chargeur), 88 mm (sans chargeur) ;
  • Épaisseur de l’arme : 25,5 mm ;
  • Masse de l’arme :  421 grammes (avec le chargeur vide), 442 grammes avec chargeur garni de 6 cartouches ;
  • Longueur du canon : 59,5 mm ;
  • Calibre : 22 Lr ;
  • Nombre de coups : 6 cartouches dans le chargeur + 1 dans la chambre ;
  • Type de mécanisme : simple action ;
  • Levier de sureté sur le coté gauche de la carcasse ;
  • La prise en main est bonne, l’arme est relativement haute sur la main pour sa petite taille ;
  • L’arme est entièrement en acier (sauf les plaquettes de crosse) ;
  • Nombre de pièces : 43.

Démontage utilisateur du Sterling 302

Le démontage utilisateur de cette arme ne nécessite pas d’outils particuliers. Les différentes étapes pour réaliser cette tâche sont détaillées ci-dessous :

Diriger l’arme dans une direction non dangereuse avant toute manipulation.

  • Enlever le chargeur de l’arme ;
  • Vérifier que la chambre est vide ;
  • Presser le bouton déverrouillant le levier d’assemblage de la culasse ;

    Pistolet Sterling 302, bouton de démontage.

  • Le bouton d’assemblage sort de son logement ;

    Pistolet Sterling 302, déverrouillage du levier d’assemblage de la culasse.

  • Une fois déverrouillée, la culasse sort par le haut ;

    Pistolet Sterling 302. La culasse en cour de démontage.

  • Le démontage utilisateur est terminé ;

    Pistolet Sterling 302. L’arme est démontée.

Sous-ensembles du Sterling 302

Le pistolet est composé des  sous-ensembles suivants :

  • Le sous-ensemble culasse ;
  • Le sous-ensemble carcasse / canon ;
  • Le sous-ensemble chargeur.

Le sous-ensemble culasse

8 pièces composent ce sous-ensemble :

  • La culasse ;
  • L’extracteur ;
  • Le ressort d’extracteur ;
  • L’axe de l’extracteur ;
  • Le ressort récupérateur  ;
  • Le percuteur ;
  • Le ressort de percuteur ;
  • Le guide du ressort de percuteur.

La culasse est en acier. Elle semble être produite par micro-fusion puis usinée. Des traces de moulage et d’usinages sont visibles. La culasse seule est plutôt lourde, massive. Le poids de la pièce est : 136 grammes. Ses dimensions sont : longueur = 119 mm, épaisseur = 20,4 mm, hauteur = 20,1 mm.

La distance entre l’axe du canon et le dessus de la carcasse est 6 mm. Cela à son importance car si l’on compare cette dimension sur plusieurs armes, elle peut nous donner une idée du volume, la hauteur sur la main de la ligne de mire, le diamètre du canon, des informations sur les choix faits par les concepteurs…

Le diamètre de la cuvette de tir (logement du culot de l’étui dans la culasse) est d’environ 8 mm (pas facile de mesurer cette dimension), pour une profondeur de : 1 mm. La cuvette de tir à son importance. En effet, on remarquera la présence de deux trous : un pour la pointe du percuteur et le second pour l’éjecteur.

Le système de visée est directement taillé dans la masse. Il n’y a pas de guidon ni de hausse à proprement parlé mais une simple rainure. Beaucoup plus simple à concrétiser, cet usinage permet d’avoir les repères suffisants pour prendre une visée. De toute façon, il ne s’agit pas d’une arme de précision destinée au tir à 25 mètres.

Le démontage armurier consiste, sur la culasse, au démontage de l’extracteur. Un axe le maintien en place, chassez le et vous aurez accès à l’extracteur et à son ressort.

La course de la culasse (idem avec ou sans ressort récupérateur) est : 30,6 mm alors qu’une munition mesure environ 25 mm.

Pistolet Sterling 302, course de la culasse.

Le ressort récupérateur mesure : 73 mm. Le diamètre du fil est : 0,9 mm. Le diamètre extérieur du ressort est : 11,6 mm. Le lecteur pourra compter lui même le nombre de spire du ressort sur la photo ci-dessous.

Pistolet Sterling 302, le ressort récupérateur.

Bien que la culasse conserve des traces d’usinage, le percuteur est parfaitement usiné. Son diamètre est : 7 mm. La pointe du percuteur a un diamètre de 1,5 mm pour une longueur de : 2,7 mm. A mécanisme quasi identique, on peut comparer le percuteur du pistolet Sterling (percussion annulaire) et celui du pistolet Bernardelli baby (percussion centrale) et comparer les choix des concepteurs. Deux petits chanfreins sont présents sur la pointe du percuteur, ils sont présents pour donner une meilleure pénétration du bourrelet de l’étui lors de la percussion.

L’éjection se fait par le biais de l’extension de la tige guide du ressort de percussion. Un trou traverse le percuteur pour laisser passer l’extension afin qu’elle puisse remplir son rôle d’éjecteur.

Le percuteur repose de nouveau sur son cran d’armé après une course arrière de la culasse de 26,7 mm.

Le sous-ensemble carcasse / canon

Pistolet Sterling 302, la carcasse.

29 pièces composent ce sous-ensemble, voici la liste :

  • La carcasse ;
  • Le canon ;
  • La goupille de canon ;
  • Le levier de sureté ;
  • La gâchette ;
  • L’axe de gâchette ;
  • Le levier de gâchette ;
  • L’axe de levier de gâchette ;
  • Le poussoir de levier de gâchette ;
  • Le ressort de levier de gâchette ;
  • Le verrou d’assemblage de la culasse ;
  • Le bouton de démontage de la culasse ;
  • Le ressort du bouton de démontage ;
  • Le verrou de chargeur ;
  • L’axe de verrou de chargeur ;
  • Le ressort de verrou de chargeur ;
  • Le poussoir du ressort de levier de sureté ;
  • Le ressort de levier de sureté ;
  • La queue de détente ;
  • La butée avant de la queue de détente (goupille non démontée) ;
  • L’axe de queue de détente ;
  • La barrette / séparateur ;
  • L’axe de barrette séparateur ;
  • Le poussoir de ressort de barrette séparateur ;
  • Le ressort de barrette séparateur ;
  • La plaquette de crosse droite ;
  • La plaquette de crosse gauche ;
  • 2 vis de plaquette .

Sterling 302, la carcasse.

La carcasse est une pièce massive, elle pèse : 179 grammes (pièce nue). Ses dimensions : hauteur : 79 mm, épaisseur : 13,5 mm , longueur : 106,5 mm.

Le canon est particulièrement fin. Les dimensions extérieures du canon sont 9,4 mm et 11 mm pour la partie arrière. Il est tenu en place sur la carcasse par un tenon de 11 mm de diamètre et 12,7 mm de longueur. Le démontage du canon s’opère en enlevant la goupille et en tapant légèrement au niveau de la bouche avec une pièce en bois.. ou à la presse, mais il est difficile de quantifier ses efforts avec une presse. En tout cas, ce démontage ne demande pas une grande force…du moins pas pour le Sterling 302.

Les rayures ne sont pas bien définies, elles semblent être usées.

Le mécanisme de détente regroupe les pièces suivantes :

Sterling 302, le mécanisme de détente.

On peut voir ci-dessus que l’effort apporté par la pression du doigt du tireur sur la queue de détente est transmise par la barrette/séparateur au levier de gâchette . Ce dernier pivote autour de son axe et entraine la gâchette. Cette dernière s’abaisse et libère le percuteur. Les ressorts donnent la force nécessaire aux pièces pour reprendre leur place initiale.

En reculant, la culasse désolidarise certaines pièces de la chaine formée par le mécanisme de détente. Ce principe est présent sur la majorité des pistolets automatiques et évite un éventuel tir en rafale. Sur le Sterling 302, la culasse doit faire une course minimum de 7 mm en arrière pour désolidariser la barrette/séparatrice du levier de gâchette.

Le sous-ensemble chargeur

Le chargeur est constitué de 6 pièces :

  • Le corps de chargeur ;
  • La planchette élévatrice ;
  • Le ressort de planchette élévatrice ;
  • Le pion d’arrêt  de la planchette élévatrice ;
  • Le verrou de fond de chargeur ;
  • Le fond de chargeur.

La capacité du chargeur est de 6 cartouches.

Plutôt que d’employer une seule pièce de tôle, le fabricant s’est servit de deux pièces qu’il a ensuite soudé ensemble par trois points de chaque coté. Les deux tôles utilisées n’ont pas la même épaisseur (0,8 mm pour la tôle arrière (lèvres du chargeur) , 0,6 mm pour la tôle avant). Prise séparément chacune des pièces est très facile à faire ce qui diminue la complexité du travail. L’épaisseur du chargeur est 9,2 mm (dans sa partie la plus épaisse). La longueur est : 27 mm.  Les tôles se chevauchent et une partie inclinée fait office de rampe d’élévation de la cartouche pendant l’alimentation.

Le chargeur coulisse parfaitement dans son logement.

Le tir au Sterling 302

La première séance de tir ne s’est pas très bien déroulée. Il ne m’a pas été possible de tirer un chargeur complet sans incident de tir. Le problème récurent a été le chambrage des cartouches. A chaque tir, il y avait une bonne éjection mais la munition suivante ne “montait pas en chambre”. Je devais, pour introduire la munition suivante, fermer la culasse en la poussant à la main. Avec une introduction à la main (directement en chambre, sans culasse ni chargeur), les cartouches avaient du mal à rentrer en chambre.

La seconde séance à lieu après avoir polie la chambre. Désormais les munitions “montent en chambre” aisément, n’y a plus de problème. J’ai pu faire une séance de tir sans incident.

Conclusion

De conception et réalisation simple, le pistolet Sterling 302 est une arme relativement grossière et robuste. Le nombre de pièce est limité, il n’y a pas de superflu.

Le pistolet Sterling 302 aurait demandé un plus grand soin lors de la finition et particulièrement au niveau de la chambre (du moins pour le modèle que j’ai eu entre les mains). Ce qui est tout de même l’essentiel, pourquoi acheter une arme de défense si elle s’enraye à chaque cartouche tirée.

Bien que ce soit une arme de bas coût, il faut avoir à l’esprit le nombre d’opérations qu’il a été nécessaire d’additionner pour obtenir une carcasse, une culasse et toutes les autres parties. Ajoutez à cette première addition le temps passé en ajustage et finition. Je n’ai pas l’information à ce jour, mais il serait très intéressant de connaitre le nombre d’opérations de fraisage, perçage, ajustage… qu’il a fallu faire pour finir une culasse, une carcasse, un pistolet Sterling 302.

Il pourrait être intéressant d’avoir une carcasse en aluminium pour alléger le poids total de l’arme. Etant donné que la culasse est massive, il est possible qu’elle engendre un déséquilibre de l’arme, à voir.

De volume bien plus grand que le Bernardelli Baby pour un calibre inférieur, le pistolet Sterling 302 est également plus haut sur la main. En revanche la prise en main est plus agréable sur le 302, il y a plus de place.

Si vous aimez les articles Gunsmith designer,

parlez en autour de vous,

partagez cet article.

Ce contenu a été publié dans Armes de poing, Tous les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.