Le pistolet MAC 35 A

Très souvent, on ne trouve que des photos très générales d’arme à feu (face droite et gauche). Ce qui est dommage car cela occulte de nombreux détails techniques. Je pense qu’il faut dénicher les détails cachés dans chaque petit recoin pour mieux appréhender les mode de fabrication , la culture de l’entreprise. J’espère que les photos ci-dessous vous serviront à approfondir certains points techniques recherchés par les uns ou feront simplement plaisir à d’autres.

J’aimerais apporter à la connaissance de la communauté des amoureux des armes réglementaires françaises les images ci-dessous.

Si vous aimez les articles Gunsmith designer,

parlez en autour de vous,

partagez cet article.

Vue générale

La carcasse

La culasse

Le canon

La tige-guide

La platine

Si vous aimez les articles Gunsmith designer,

parlez en autour de vous,

partagez cet article.

Ce contenu a été publié dans Armes de poing. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le pistolet MAC 35 A

  1. Xavier dit :

    Bonjour.

    C’est vraiment un très beau modèle, qu’on ne rencontre hélas pas.
    On ne peut que remarquer combien le Sig P210 est ressemblant.

    Cocorico?

    Cordialement.
    Xavier.

    • Cédric dit :

      Bonjour Xavier,
      Ce n’est pas courant car les armes ont souvent été mises à la ferraille ou vendues à l’étranger.
      Si l’on regarde les concurrents de l’époque, je ne pense pas qu’il y ait de cocorico à pousser …tout dépend des critères que l’on retient pour la comparaison.
      Lorsque l’on étudie l’histoire de l’armement réglementaire français, on constate que les réalisations sont bien faites mais que les choix et arbitrages sont discutables. Ou, en tout cas, que ces arbitrages ne sont pas devenus des standards internationaux. Un Chassepot 1866 arrive trop tard et n”a pas le temps d’être amélioré avant la guerre de 1870. Un Lebel 1886 est avant-gardiste et sera vite dépassé de part son mode de rechargement et sa munition à bourrelet. Un Mas 36 arrive trop tard car il reprend certain principe du Mauser 98 près de 40 ans après. Pas de programme d’adoption de pistolet automatique avant l’achat massif de Ruby en période de crise, le FAMAS à levier amplificateur d’inertie demande de maitriser la régularité des appros en cartouches mais on a vendu nos moyens de production étatique… Moralité = adoption de HK 416 ou autre arme étrangère. Les allemands ont su faire sur une période longue et toujours visionnaires.
      Bref … les ouvriers des manufactures font de bonnes armes mais il y a une absence de vision des têtes pensantes.
      Selon moi.
      Cordialement.
      Cédric.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.