Le revolver Smith et Wesson modèle 1899 en 38 sp

On a déjà évoqué par divers articles plusieurs produits Smith et Wesson. Que ce soit des armes récentes (Mod Bodyguard) ou des armes à l’origine des revolvers modernes (Mod 10).

Aujourd’hui est un jour important car nous allons évoquer le premier des revolvers “modernes” (tout dépend ou l’on place cette modernité) de la marque, il s’agit du modèle 1899. Ça ne peut tomber mieux car un article sur son successeur (Mod 10) a été mis en ligne récemment (lire l’article ici).

On tentera à travers le présent article de rechercher des différences entre les deux versions pour définir si il y a des évolutions et quelles sont elles.

Les caractéristiques de l’arme :

  • L’épaisseur : 36,5 mm ;
  • La hauteur : 124 mm ;
  • La longueur (diagonale canon / crosse) : 305 mm ;
  • Longueur du canon : 152 mm ;
  • Le calibre : 38 Spécial ;
  • La capacité : 6 cartouches ;
  • Poids de l’arme : 893 grammes ;
  • Mécanisme : simple et double action.

La carcasse

La carcasse est un sous ensemble comprenant :

  • La carcasse ;
  • La plaque de recouvrement ;
  • Les 4 vis de plaque de recouvrement ;
  • Le pivot du barillet.

La carcasse est entièrement en acier. Le bloc capable de la pièce est : 31,6 mm x 124 mm x 147 mm. Il s’agit d’une carcasse square butt. L’extrémité arrière est carré.

Le cadre, logement du barillet mesure : 37,6 mm x 46,1 mm. Le logement du filetage du canon mesure 15,5 mm de long. Le canon n’a pas été démonté de la carcasse.

Les axes des pièces du mécanisme sont débouchant. Ainsi, il est plus facile de les remplacer en cas de casse. Le diamètre de l’axe de marteau : 3,5 mm, de l’axe de queue de détente : 2,5 mm, de l’axe de verrou de barillet : 2 mm, de la butée du ressort de queue de détente : 2 mm. Tous les axes ont une forme particulière. On pourrait croire qu’ils sont vissés dans la carcasse car cette forme pourrait être l’emplacement prévu pour un tourne vis. Cependant, si l’on regarde bien l’axe de chien on peut voir de fines cannelures que l’on trouve sur des pièces à sertir.

Le logement du poussoir et ressort de verrou de barillet est accessible à l’avant du pontet. Selon les informations que j’ai pu trouver, cet usinage n’existe plus après 1961.

L’épaisseur externe de la partie de la carcasse qui héberge le mécanisme est : 16,45 mm. La largeur laissée aux pièces du mécanisme : 7,05 mm. Soit une épaisseur de parois moyenne  : 4,7 mm. Il est à noter que cette arme a été restaurée et que ses surfaces externes ont été polies donc diminuées.

Sur le modèle 10, le logement de verrou de barillet (à l’ouverture) sur la carcasse est amovible. Il est possible de le remplacer. Pour le modèle étudié ici, il est en deux morceaux (la carcasse et une petite rondelle), mais il n’est pas possible d’extraire cette pièce car elle n’est pas débouchante (contrairement au modèle 10). La question se pose alors de l’intérêt d’une telle disposition. Peut être s’agit il d’une réparation passée car je ne voie pas le bénéfice que cela apporte.

L’intérieur, le logement du mécanisme est régulier par rapport à celui du modèle 10 que nous avons déjà vu. Même si l’on voit l’angle de passage des fraises dans la carcasse, on ne ressent pas de rugosité ou différence de hauteur. Le restant de nickelage ou chrome doit adoucir ou niveler en partie la surface.

Le petit rivet serti dans un angle de la fenêtre du barillet est déjà présent sur ce modèle. Un coup de pointeau donné de l’intérieur l’immobilise.

Le pivot est frappé de deux numéros, celui de l’arme et celui commun à la carcasse et à la plaque de recouvrement. Les numéros sont frappés avec de petits caractères à ce point qu’ils sont difficiles à lire.

Le pivot a été poli lors de la restauration de l’arme. Les arrêtes vives ne le sont plus car le pivot a été poncé séparément alors qu’il aurait du l’être une fois monté sur la carcasse.

Le pivot est percé d’un trou qui est le logement d’un ressort et d’un poussoir. Le poussoir mesure : 2,55 mm de diamètre pour 14,3 mm de long. Le ressort a un diamètre de : 2,1 mm, une longueur de : 6,5 mm. Il existe un pointage sur la carcasse qui est le logement du poussoir que nous avons évoqué ci-dessus. Cela apporte un petit point dur, un point d’arrêt léger lors de la fermeture du barillet.

Le diamètre extérieur du tube axe de barillet est : 9,7 mm. Le diamètre de l’axe de basculage du barillet est : 7,9 mm.

Il est probable que l’axe de basculage du barillet soit rapporté sur le corps du pivot. C’est difficile à voir mais je pense voir un axe d’arrêt qui maintiendrait les pièces assemblées. Le meilleur moyen de le savoir serait d’ouvrir le tout et de voir ce qu’il y a à l’intérieur.

La plaque de recouvrement porte le numéro commun au pivot de barillet et à la carcasse (mais n’est pas le numéro directeur de l’arme). La plaque est bien ajustée à la carcasse. Les portées latérales sont coniques pour faciliter l’ajustage.

Le revêtement de surface n’est pas le même à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il y a des traces de nickelage à l’intérieur alors que l’extérieur est bronzé. A l’origine, l’arme devait être nickelée ou chromée. Le marquage Smith et Wesson a été en partie effacé lors du polissage de restauration, elle porte des traces de papier abrasif. La pièce n’a pas été polie sur la carcasse ce qui a arrondi les angles

La face interne n’est pas lisse. Il y a comme un quadrillage fin usiné à l’intérieur. C’est terriblement bien réalisé. Je me demande avec quel moyen cela a été fait. Je suis extrêmement surpris par cet état de surface. La surface étant cachée, rien n’obligeait le constructeur à monopoliser des ressources pour faire cela.

Quatre vis maintiennent la plaque de recouvrement en place. Trois des quatre vis sont identiques. S’agit il des vis d’origines ? je ne sais pas.

En démontant la plaque de recouvrement, l’utilisateur ou le technicien pourra avoir accès au mécanisme de l’arme.

Le canon et sa goupille

Le canon est un sous ensemble composé de :

  • Le canon ;
  • La goupille de canon ;
  • Le verrou ;
  • Le ressort de verrou ;
  • La goupille du verrou.

Le canon est en acier, il mesure : 152 mm de long. Il possède 5 rayures. Le diamètre externe à la bouche est : 13,2 mm. Le diamètre externe à l’arrière est : 18,2 mm. Le canon n’a pas été démonté sur cette arme.

Le guidon n’est pas rapporté, il est taillé dans la masse d’une excroissance du canon. Tout comme le logement du verrou de barillet.

Un poussoir animé par un ressort limite un peu les mouvement de l’extension de l’éjecteur.

Attendu que l’extension de l’étoile de barillet/éjecteur a un profil particulier, le logement de cette pièce doit avoir aussi cette forme.

Le barillet

Le barillet mesure : 36,5 mm de diamètre pour une longueur de 39,54 mm (sans inclure la butée avant, uniquement le corps). La capacité du barillet est de 6 cartouches.

On retrouve ce nombre et la disposition des pièces sur un nombre important de modèle de revolvers de la marque (du calibre 22 Lr au 44 mag) et ce bien après la création du modèle 1899. Seule différence, l’extrémité d’extension d’éjecteur n’est pas cylindrique mais apporte plus de confort à l’utilisateur par un diamètre plus important.

La largeur du logement de verrou de barillet : 3 mm. Le verrou en rotation du barillet au dessus d’une chambre.

La tige centrale de l’étoile de barillet/éjecteur a un diamètre de : 6,5 mm. Le diamètre externe de l’étoile : 22,2 mm. Le diamètre portant les encoches pour la rotation : 14,3 mm.

Le verrou du barillet (la tige qui verrouille le barillet dans la carcasse) est en acier.  Le diamètre de la partie qui entre dans la carcasse est de 3,1 mm, la partie arrière : 3 mm, la surépaisseur : 4,15 mm.

Le mécanisme

Le mécanisme est extrêmement proche de celui du modèle 10 mais possède de petites différences.

Le chien est en acier. L’épaisseur du chien : 6,75 mm. Il faut prendre en considération qu’il a été polie, ce qui à surement modifié son épaisseur.

Une bielle pour l’attelage du ressort de percussion est goupillée sur le corps de chien, la bielle est libre.

Le percuteur est libre dans son logement (il n’y pas de ressort), il bascule autour de son axe. L’axe de percuteur est creux, il est serti à chaque extrémité. La pointe du percuteur : 2 mm.

La crête du chien est fine. Il est étonnant de voir que le corps de chien est percé par deux trous. Ces trous semblent rebouchées par des cylindres creux. Au moment de la rédaction de cet article, je ne voie pas l’intérêt de ce dispositif. Peut être que ces trous servent au maintien de la pièce sur un montage d’usinage.

Il y a un cran simple action et un double action. Les crans sont en bon état, ils ne sont pas émoussés.

Le cran double action n’est pas le même que sur le modèle 10. Attardons nous un peu sur cette partie. La gâchette double action est aussi large que le corps de chien. Par la suite, l’organisation sera inversée, c’est à dire de le corps de chien enveloppera la gâchette double action (voir l’article sur le modèle 10).

Une surface est importante, elle sert au rebondissement du marteau. Elle se situe à la base du chien, lorsqu’elle vient au contacte du poussoir de queue de détente cette dernière le force à revenir en arrière de quelques millimètres.

Le ressort de chien est une lame en acier. Sortie de son logement, la pièce est droite.

L’épaisseur de bas de lame : 1,9 mm et de 0,8 mm. Une largeur de lame de 5 mm en haut pour une largeur de 8,6 mm en bas. Cette lame est très proche de celle du modèle 10.

La queue de détente est en acier. sa largeur : 6,7 mm. Elle est le maillon d’une chaine. Pour que le tout fonctionne correctement, elle agit des deux cotés : à l’avant sur le verrou du barillet, à l’arrière sur le chien.

La particularité de cette pièce est que le dispositif qui agit sur l’élévateur de barillet n’est pas simplement un ressort mais une petite pièce usinée avec un ressort.

Une pièce fait la médiation entre la queue de détente et son poussoir.

Le ressort de queue de détente est hélicoïdal. C’est un ressort puissant. Les dimensions sont : diamètre : 5,5 mm, longueur : 26,5 mm, diamètre du fil : 1 mm.

Le poussoir de ressort de queue de détente est massif. Cette pièce a plusieurs fonctions. Elle pousse la queue de détente en avant mais aussi force le rebondissement du marteau. Ainsi, le percuteur ne peut faire saillie dans la cuvette de tir.

L’élévateur de barillet est en acier. La pièce est montée à l’arrière de la queue de détente. il est mu par un dispositif qui le fait basculer d’avant en arrière. épaisseur : 2,38 mm. C’est cette pièce qui est en contacte avec le barillet et le fait pivoter.

Le verrou de barillet limite la rotation du barillet, il est commandé par la queue de détente. Son ressort a une place particulière qui changera pour les versions plus postérieures à 1961. La largeur du verrou est : 2,6 mm.

Il n’y a pas de sécurité de percuteur sur cette arme.

Le levier d’ouverture du barillet a plusieurs fonctions. Il déverrouille le verrou de barillet à l’ouverture. Si le barillet n’est pas correctement verrouillé, le chien ne peut être armé.

Les fonctions ne changent pas cependant il est plus complexe car une vis emprisonne le poussoir dans son logement. Ce dispositif sera abandonné par la suite laissant libre de sortir de son logement le poussoir et son ressort.

Les éléments de visée

La hausse est taillée dans la carcasse, elle est par conséquent fixe. Le cran de hausse est extrêmement fin. Il faut avoir de bons yeux pour utiliser cette arme.

Le guidon est taillé dans le canon. Le guidon au dessus de la génératrice supérieure dépasse de : 9 mm. La largeur du guidon : 1,3 mm.

Les plaquettes de crosse

Les plaquettes de crosse sont en nacre. L’une d’entre elle est cassée. Le choix de la matière n’est pas excellent car elle est fragile.

Deux inserts métalliques sont utilisés par la vis de serrage des plaquettes. L’une est filetée, la seconde sert d’appui à la tête de vis.

Conclusion

On s’aperçoit après l’étude de cette arme que le modèle 1899 a bénéficié d’une somme de simplifications qui ont débouchées sur le modèle 10. Avec ce revolver, les bases sont déjà posées. Les simplifications seront destinées surtout à faciliter la production de masse et à réduire les ressources nécessaires.

L’état de surface de l’intérieur de la plaque de recouvrement est vraiment frappant et très peu courant. Les photos de ce dernier révèlent ce qui est difficile à voir à l’œil nu et à ressentir à la main. Je vous invite à garder l’état de surface de cette pièce dans un coin de votre mémoire.

La restauration de cette arme n’a pas été menée à la perfection ce qui est dommage. Certains indices laissent présager qu’elle était fortement oxydées. Je ne sais pas si toutes les pièces sont d’origines.

Il est fort probable qu’au commencement de sa vie l’arme était nickelée ou chromée. Ce qui devait être très clinquant avec des plaquettes en nacre. Je trouve que c’est une arme qui a un petit charme retro.

L’esthétique de ce revolver reprend les formes des Colt 1889 ou 1892. Quelques années avant l’apparition du Smith et Wesson 1899, la France adoptait le revolver 1892. Autant les formes du colt 1889 ou du Smith et wesson 1899 sont restées très actuelles, autant celles du revolver réglementaire Français sont dépassées. Une des nombreuses questions que l’on pourrait se poser est : pourquoi les constructeurs Colt et Smith et Wesson ont su et pu mettre de coté leur héritage esthétique et technique pour aboutir à la création de standards mondiaux et pas les producteurs Français ?

Je pense que pour répondre à la question que l’on a posé ci-dessus, il est nécessaire de ne jamais relâcher sa veille technologique et d’étudier sans cesse des mécanismes du moment ou passés (c’est ce que nous faisons ensemble). Par prototypage, il serait possible de réaliser des synthèses et mix de mécanismes dans le but de tenter de réaliser l’arme du futur qui sera le nouveau standard.

Par cet article, on complète une cartographie des mécanismes de Smith et Wesson. Ce principe a pour but de définir et montrer l’évolution de la culture industrielle de l’entreprise. Au fur et à mesure des modèles présentés, on affinera notre analyse.

Je tenterai de mettre en évidence le même type d’étude, de cartographie pour les revolvers Colt ou autres marques importantes ayant une longue histoire.

Ce contenu a été publié dans Armes de poing, Tous les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.