L’insert métallique de la poignée du Smith et Wesson Bodyguard en 38 sp + P

Un précédent article sur le revolver Smith et Wesson Bodyguard en calibre 38 sp + P (lire l’article ici) a jeté les bases pour la rédaction du présent article.

Dans un esprit proche de celui du revolver Charter Arms (lire l’article ici) ou autre, la carcasse du revolver Bodyguard est composée de plusieurs parties :

  • La carcasse aluminium ;
  • La poignée en plastique.

La différence entre le Charter arms et le Bodyguard est que le Charter Arms possède une poignée en métal alors que sur le Bodyguard, elle est en plastique. Le fait d’employer du plastique demande de renforcer les parois par un ou des inserts en acier.

Le sujet à été abordé superficiellement sur l’article consacré au revolver Smith et Wesson Bodyguard cité précédemment.

La poignée plastique assemblée

Des inserts sont visibles à l’intérieur de la poignée. Ce sont ces inserts latéraux qui sont au contacte de la carcasse aluminium.

Par des trous dans le plastique de la poignée, on peut apercevoir des parties métalliques. Il n’est pas possible de définir le nombre et la superficie du ou des inserts.

Il existe divers moyens pour examiner ces portions métalliques. On pourrait radiographier la pièce assemblée, extraire les pièces…N’ayant pas accès à la première solution, je me suis penché sur la seconde.

Le ou les inserts de la poignée

J’ai commencé à rogner le bas de poignée en pensant isoler et sortir un premier insert puis d’autres au fur et à mesure de la remontée.

Au final, comme on peut le voir sur les photos ci-jointes, il ne s’agit que d’un seul insert… quelle surprise !! Je ne pensais pas en trouver qu’un seul.

Le montage de l’insert sur la carcasse nue

Vous trouverez ci-dessous des photos de l’insert monté sur la carcasse nue. On voit mieux ici comment sont organisés les points d’ancrage de l’insert sur la carcasse.

L’insert est composée de deux tôles matricées en acier. Je pense qu’il s’agit d’acier inoxydable. Les deux pièces sont soudées par points. Quatre points ont suffit.

Le montage de l’insert sur la carcasse assemblée

Vous trouverez ci-dessous des photos de l’insert monté sur la carcasse assemblée. Il est plus aisé de voir l’organisation générale interne.

La poignée caoutchouc prend place ensuite sur l’insert.

Conclusion

Je suis surpris d’avoir mis à jour un insert. Je pensais qu’il y en avait plusieurs.

Je suis content d’avoir cherché et trouvé une technique simple pour parfaire mes connaissances. Le moyen que j’ai employé est un moyen destructif. L’arme devant être détruite, ce n’est pas un problème ici.

Quelques soit le domaine dans lequel vous évoluez, cherchez à approfondir vos connaissances et n’attendez pas des autres les informations qu’ils ne vous donneront jamais. Pensez différemment, aller les chercher !

Ce contenu a été publié dans Armes de poing, Techniques de fabrication, Tous les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.